1 ERE ADHESION  SAISON 2021
Thierry JAMIN magnifie le geste du discobole
 
Thierry JAMIN magnifie le geste du discobole30-07-2020

Thierry JAMIN magnifie le geste du discobole

 
Est-ce parce que demain il n'y aura pas de lanceur sur la piste du stade de Balma à l'occasion de ce premier des deux Meetings estivaux du CA BALMA que Thierry tient à nous rappeler la présence des hommes forts au sein de la Tribu Orange ?
Notre aire de lancers est, comme on l'a dit récemment, en travaux de rénovation...

Ou bien est-ce simplement pour marquer son retour aux affaires (Titi le gros minet is back !) , plume en main ?

Toujours est-il que Thierry JAMIN nous gratifie d'un nouveau texte à plusieurs niveaux de lecture !

Hardi petit, les jongleurs sont là , passez les assiettes à satiété

 

Ce n'est pas la piste aux étoiles même si de nuit on y voit la voute céleste, mais c'est leste et preste et presque aussi beau qu'à Este, et festif avec ça même sans val, pas de dormeur car il faut être concentré (cum centrum) et avoir ses repères pour entrainer dans le cercle des masses pesantes (parfois plus d'un quintal sur la balance) et on y est dans ces mouvements d'engrenage quand on a pignon sur rue et qu'on se rue vers les nouvelles cages.

Eau folle, non que non, eau salvatrice par ces temps insupportables et insurmontables , sauf à la fraiche dès potron minet, dans le sun rise sans téquila, pour mouliner et égrener les basiques des voltes à hic mais pas à hu et à dia, entrainant dans cette valse avec le bon retard et le beau regard, sur des amers tout sauf hypothétiques ( les tiques on les passe à la lime) vers cet horizon qui apparait.

Les hommes canons (car explosifs, la beauté ne se mange pas en salade) plutôt que forts vont dissiper une grande énergie en peu de temps, réactivité, appuis, vitesse et des Joules (quel bel effet si l'esthétique y est) pour mettre en rotation (la tentation des héros) les discoïdes qui bien stabilisés vont prendre appui sur l'air et monter la haut au loin avant que d'infléchir leur orbe car on ne manie pas la parabole aussi facilement que cela.

Il y a même des hyperboles à propos des faiseurs de trous qui sans être des taupes peuvent être, bien préparés, top niveau dans un équilibre qui ne va pas de soit pour coupler statique et dynamique entre stature et ossature, afin de libérer l'engin dans les meilleures conditions et délivrer sinon un message du moins une trajectoire parfaite conjugaison d'efforts divers qui vise la direction comme la hausse (cela n'a pas de prix mais l'inflation des superlatifs ne dit rien) et puis tout bonnement entendre venu du fond des âges ce cri qui fait des ravages et provoque la pamoison sans amener à la paraison.

Mystique post christique de l'Ostie consacrée mais pas concassée qui ne sera pas gobée mais risque d'éradiquer quelques fleurettes sans compter les plantés quand sans monte trop haut et droit.

Incurver habilement dans ce lâcher d'emprise et cette finition qui pour toute définition n'est que l'action finale de deux doigts tout au plus, pas coupe faim mais rase tiges quand l'engin surfe en guise de voltige dans la fin de l'espace aérien.

Ce n'est pas rien que de chanter les louanges du discobole qui magnifie la gestuelle et finit complètement le mouvement de transmission passant à l'inverse du vilebrequin de la translation à la rotation.

Habileté et effort convoqués au plus juste pour être distance et grâce.

La rédac' pour notre site www.cabalma-athle.fr, juillet 2020